Télécharger en pdf

Confort d’hiver, confort d’été : confort toute l’année

 Le confort d’hiver
En hiver, la température extérieure est pratiquement toujours en dessous des températures de confort. Les pertes de chaleur vers l’extérieur sont permanentes, avec des amplitudes de températures faibles. Pendant cette période, il faut réduire les déperditions pour limiter l’usage de systèmes de chauffage coûteux en énergie et en polluants.

Le confort d’été
En été, le problème est différent parce que les écarts de température entre la nuit et le jour peuvent être considérables. Si la nuit, les températures peuvent être proches des situations de confort, dans la journée, il en est tout autrement. Des températures d’air de 38 °C sont de moins en moins rares et des surfaces de parois, trop sombres, exposées au soleil, qui dépassent largement les 60 °C sont courantes. C’est le cas des tuiles. Les écarts de températures peuvent considérablement dépasser
les 40 °C. Les inerties thermiques qui influent sur ces variations de température ont alors un rôle important à jouer.

Au sommaire :
Le corps, première régulation
Notion de confort
Confort d’hiver
L’isolation
Les ponts thermiques
L’étanchéité à l’air
Confort d’été
La surventilation nocturne
L’architecture bioclimatique et passive – Jouer avec le soleil

Infos pratiques
Date : février 2019
Conception et réalisation : CAUE 25
Format : 16×24cm, 8 pages couleurs
Disponible gratuitement au CAUE 25

Télécharger en pdf