Appel à projets lancé par la DAAC et la DRAC pour l’année 2020 – 2021

Monter un projet dans le domaine ARCHITECTURE

À la frontière de l’art et des techniques, l’architecture fait appel à de nombreuses disciplines pour se concrétiser. Un travail en interdisciplinarité favorise de fait, son appréhension. Témoignage majeur de l’activité humaine, l’architecture est l’expression d’une époque et d’un territoire. Elle interpelle le sensible, répond à une fonction, s’inscrit dans un contexte socio-économique et culturel.

Accompagnement dans le montage de votre projet artistique et culturel

Dans le cadre de l’appel à projets lancé par la DRAEAAC et la DRAC, Viviane Lalire, responsable du domaine Architecture à la DRAEAAC et Karine Terral, architecte conseillère CAUE sont à la disposition des professeurs souhaitant conduire une action de sensibilisation à l’espace construit en 2020 – 2021. Vous pouvez les solliciter pour toute question relative au montage de votre projet (définition des actions conduites avec les élèves, recherche de partenariats adaptés à vos objectifs, apport de documentation et de ressources, mise en place du budget…) que celui-ci soit une classe à PAC, atelier artistique, résidence d’artistes, classe culturelle ou autre projet.

Contacts
Viviane Lalire, professeur d’arts plastiques responsable du domaine Architecture à la DRAEAAC  – viviane.lalire@ac-besancon.fr
Karine Terral, architecte CAUE chargée de la sensibilisation à l’espace construit en milieu scolaire – sensibilisation@caue25.org – Tel : 03 81 82 71 14

Partenariat avec le CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement)

Le partenariat entre la DRAEAAC, le CAUE et la DRAC permet des interventions d’un architecte du CAUE dans le cadre des classes à PAC ou des autres projets conduits dans le domaine Architecture. Grâce au soutien financier de la DRAC, ces interventions n’ont pas d’incidence financière sur le budget de l’action (interventions gratuites pour les établissements conduisant une action Architecture validée par la DRAEAAC et la DRAC).

L’équipe pluridisciplinaire (urbaniste, paysagiste et architecte) du CAUE chargée de la sensibilisation à l’espace construit en milieu scolaire, peut apporter aux professeurs qui le souhaitent, le regard d’un professionnel de l’espace. Elle propose notamment :

  • Des interventions dans les classes 

– Présentation des métiers : architecte, paysagiste et urbaniste
– Lecture d’espaces construits
– Analyse de représentations inhérentes à la démarche de projet : photos, croquis, plans, coupes, élévations, volumes et maquettes.
– Ateliers favorisant le questionnement par le biais de la pratique

  • Des outils pédagogiques

– Des questionnaires à l’attention des élèves, des livrets de lecture de bâtiments régionaux
– Des jeux de comparaison de références
– Des expositions itinérantes en prêt sur demande
– Des ressources thématiques et spécialisées > http://www.ressources-caue.fr/
– Un observatoire de la création > http://www.caue-observatoire.fr/
– Un site de connaissance du territoire > http://www.caue-franche-comte.fr/

Propositions pouvant impulser le montage d’une action dans le domaine Architecture *

  • Découverte du langage architectural de Le Corbusier

Ce projet favorise la découverte de l’un des principaux représentants du mouvement moderne. Il permet une réflexion sur des notions essentielles : les 5 points de l’architecture moderne, le modulor, le rapport à la fonction, l’inscription de l’architecture dans un site.

Pistes de recherche envisageables :
– Observation et analyse des architectures de Le Corbusier et de Renzo Piano à Ronchamp.
– Enquête sur l’œuvre et les théories de Le Corbusier (prêt possible par le CAUE de l’exposition « Connaître Le Corbusier »).
– Témoigner, approfondir une notion : le rapport à la fonction, le modulor, l’intégration dans le site, la promenade architecturale… autant d’entrées donnant lieu à une pratique artistique exploratoire.

  • Petites constructions éphémères : un site, une fonction, des matériaux

Propice à des recherches en interdisciplinarité, ce projet questionne les données architecturales par le biais de petites constructions éphémères conçues et construites par les élèves. Le site retenu peut être dans ou à proximité du collège.

Pistes de recherche envisageables :
– Établir un projet de petite construction au regard d’une fonction choisie par la classe (un abri, un belvédère, un espace de jeu…).
– Questionner le rapport au site.
– Adapter le projet initial (images, plans, maquettes) aux possibilités et aux contraintes d’une construction réelle. Prendre en compte les caractéristiques des matériaux pour concevoir des formes et des volumes adaptés à la fonction mais aussi aux enjeux de la préservation des ressources. Trouver des solutions pour que ça tienne.
– Garder une trace des constructions. Mettre en perspective sa réalisation dans un nouveau projet (une narration, un photomontage expressif…).

  • Architecture et lumière

Fonctionnelle ou symbolique, vecteur d’expression et d’émotions, la lumière est une composante du langage architectural. Elle révèle les volumes, souligne les pleins et les vides, rythme les formes et les espaces. Son pouvoir est double : si elle rend « visible », elle peut tout autant déformer, transformer, gommer, dématérialiser. L’orientation d’un bâtiment, le jeu des ouvertures, le dialogue entre les matériaux sont autant de choix participant à son traitement.

Pistes de recherche envisageables :
La place de la lumière dans un projet architectural : Quelles solutions architecturales permettent d’apporter la lumière nécessaire à l’occupation d’un espace ? Les dispositifs d’acheminement de la lumière naturelle à l’intérieur des espaces, le traitement des ouvertures, les qualités des matériaux sont interrogés au travers d’exemples mettant en lien l’espace bâti, sa fonction et son contexte de création.
– Le rôle de la lumière dans l’espace bâti : Quel est l’impact du traitement de la lumière sur la perception des espaces ? Quelle est sa portée fonctionnelle et expressive ?  Cette entrée peut donner lieu au choix d’une fonction particulière (ex : le rôle de la lumière dans les espaces religieux ; le rôle et le traitement de la lumière dans les lieux de travail ; ruptures et continuité entre l’architecture du passé et celle d’aujourd’hui.)
– L’éclairage artificiel dans l’espace urbain : Mise en scène de l’espace public par le jeu de l’éclairage. Quel est l’impact de l’éclairage artificiel sur la perception de l’espace urbain ?  Quels objectifs visés, quelles techniques mises en œuvre, quelles innovations scientifiques pour quels nouveaux possibles ?

  • Carnets de voyage dans mon quartier

L’espace du quartier (celui de l’établissement scolaire ou celui où habite l’élève) peut devenir un champ d’exploration et d’investigation pour questionner l’espace construit et apporter des connaissances. Sa proximité favorise l’observation directe des bâtiments, la mise en relation des données architecturales et des usages. Textes et productions plastiques (croquis annotés, photographies, prises de son…) marqueront les étapes d’un voyage singulier dans un espace connu et éprouvé.

Pistes de recherche envisageables :
– Analyser les données physiques et sensibles marquant l’identité et la perception d’un lieu.
– Explorer un espace connu en faisant jouer les 5 sens. Multiplier les cheminements et les points de vue. Mettre en jeu le temps et le mouvement.
– Créer des outils pour observer et analyser les données architecturales de bâtiments familiers. Interroger les caractéristiques formelles au regard de leur fonction, mettre en relation qualités physiques des matériaux et possibilités techniques.
– Repérer les passages et les ruptures entre les constructions bâties sur un même site.
– Enquêter sur le processus d’aménagement du quartier. Comprendre les objectifs et les règles d’un projet d’urbanisme.
– Projeter le devenir de son quartier face aux évolutions climatiques, les comparer aux projections parfois utopistes des architectes.

  • La maison : ici et là-bas

Ce projet permet de questionner l’habitat individuel au regard des données matérielles et immatérielles du lieu de construction. Quelle architecture vernaculaire, pour qui, avec quoi ? A quelles nécessités répondent la répartition des espaces, le choix des ouvertures, le traitement des passages entre l’extérieur et l’intérieur ? Quelles techniques sont-elles mises en œuvre pour assurer la stabilité du bâti en fonction du savoir-faire local ? Outre l’analyse d’architectures répondant à une même fonction le projet invite à tisser des liens entre « habitat », « habitant » et « habiter ». La question de l’identité s’accompagne d’une réflexion sur la circulation des connaissances, le métissage des références culturelles, l’emprunt … propices au renouvellement des formes, des démarches et des idées.

Pistes de recherche envisageables :
– Mettre à jour la nature de l’écart entre « ici » et « là-bas : Enquêter sur chacun des lieux : collecter et répertorier les informations par cercles concentriques : Ex : l’habitant/ la famille/ la société ou une région/ un paysage / un terrain. Imaginer des ambiances, des odeurs, des sons. Donner à voir et à entendre les informations jugées essentielles (transcriptions plastiques, montages sonores, écrits…).
– Analyser des habitats emblématiques des deux lieux retenus : Décrypter l’espace construit au regard de sa fonction (une enveloppe, des volumes, des ouvertures, des techniques de construction… répondant à des usages, des modes de vie, un contexte socio-économique). Questionner le rapport au site (l’inscription dans un paysage, la nécessaire prise en compte des contraintes et des ressources).
– S’impliquer dans une démarche de création. Exemple pour un lieu donné, concevoir un « chez moi » métissant les références culturelles ou bien imaginer un espace qu’avec des matériaux de réemploi… Envisager des passages et des ruptures avec l’existant.

* Cette liste n’est pas exhaustive, vos propositions de pistes de recherche sont les bienvenues.

REMARQUE IMPORTANTE :   Les responsables de domaine doivent être contactés dès le début de l’élaboration du projet. Il relève de votre initiative de les solliciter.  Pour le domaine Architecture, merci de contacter Viviane Lalire : viviane.lalire@ac-besancon.fr